Service Client
01.70.83.26.06
Du Lundi au Vendredi de 8h à 19h et le Samedi de 8h à 12h

Doyle

Conan Doyle et la photographie psychique

  • Le 30/07/2020

Le nom de Conan Doyle ne vous dit rien ? Il s’agit du créateur du plus célèbre détective privé de l’Histoire : Sherlock Holmes. C’est également l’auteur du Monde perdu, et d’autres romans tout aussi palpitants… 
Un génie fascinant, un homme créatif, aventurier, écrivain prolifique… mais aussi un esprit ouvert et curieux, qui s’intéresse aux mediums, au point de rédiger une monumentale Histoire du spiritisme, qui fait encore autorité aujourd’hui ! Voici son histoire…

Jeunesse

Né en Ecosse en 1859, Arthur Conan Doyle s’engage dans des études de médecine. L’un de ses professeurs le marque par son talent de d’observation, de déduction et d’inférence, et c’est de lui qu’il s’inspire pour composer le personnage de Sherlock Holmes. 
Il devient ophtamologue et ouvre son cabinet près de Portsmouth, mais ne reçoit que de rares patients. Peu importe, il en profite pour rédiger les aventures de Sherlock Holmes qui rencontrent très vite un succès mondial. 

Un phénomène mystérieux

Mais avant même l’ouverture de son cabinet, Conan Doyle s’intéressait à deux choses : au mouvement spirite, apparu une dizaine d’années seulement avant sa naissance aux Etats-Unis, et… à la photographie. Il rédige en 1881 des articles très techniques sur l’émulsion de plaques photographiques, un procédé essentiel à l’époque pour le développement de photos. 
Ce n’est que quarante ans plus tard, vers la fin de sa vie, qu’il fait une expérience qui le bouleverse à jamais : sur l’une des photos qu’il développe apparaît le visage de son fils Kingsley, derrière lui. 
Pourtant, c’était chose impossible : celui-ci est mort un an plus tôt d’une pneumonie, alors qu’il était en convalescence, se remettant d’une blessure contractée lors de la première guerre mondiale. 
Mais c’est bel et bien le visage de Kingsley, rajeuni d’une dizaine d’années selon Conan Doyle, qui apparaissait sur la photographie !

Doyle1

 

La photographie psychique

A partir de ce moment, Arthur Conan Doyle se passionne pour la photographie psychique, ou photographie d’esprit. Une pratique en pleine expansion à l’époque. 
Le principe en est simple : une personne pose pour un photographe. Derrière lui apparait, dans une sorte de halo, ce que l’on appelle un « extra » : un visage ou le corps tout entier d’un défunt, connu ou inconnu. C’est en 1860 qu’un photographe de Boston présente les premières photos de ce type et soulève l’intérêt du public. Ce phénomène en vogue se transmet à l’Angleterre puis à la France.  
Conan Doyle va même se livrer à des expériences avec William Hope, photographe réputé, de 1919 à 1922. 
Il fut confronté à un autre phénomène étrange : une plaque photographique fut impressionnée par simple imposition des mains, sans utilisation d’un appareil, et un visage de femme apparut. 
Cela le passionna au point qu’il devint président d’une Société consacrée à l’étude de ces phénomènes. Anecdote troublante : sur la photo des membres fondateurs de cette société prise lors d’une de leurs assemblées annuelles, on peut voir la présence d’un extra.

Doyle2

 

Conclusion

C’est donc par la photographie que Sir Arthur Conan Doyle eut accès au monde des mediums, à l’au-delà. Un monde que les mediums qui officient au sein du cabinet d’Hexagon Voyance explorent quotidiennement…
Ce brillant esprit rejetait en effet le matérialisme scientifique qui laisse le monde dur, net et nu comme un paysage lunaire, et aimait en explorer au contraire les zones d’ombre  
Pour la petite histoire : après sa mort, Conan Doyle est lui-même apparu sur une photo, comme l’un de ces « extras » qui le fascinaient tant. En 1932, un médecin canadien prit en effet en photo une medium, et son visage apparaît dans un halo, entourée de trois autres visages plus petits. Conan Doyle venait de passer de l’autre côté du miroir… 

 

Doyle3

medium spiritisme