Service Client
01.70.83.26.06
Du Lundi au Vendredi de 8h à 19h et le Samedi de 8h à 12h

Le médium empathe et l’empathie

  • Le 02/02/2021

Découvrez ce qu'est un empathe et l'utilisation de cette faculté par le médium : l'empathie.

Étymologiquement, le mot empathie est formé à partir du grec pathos, qui signifie « émotion, souffrance », et du préfixe en-, qui signifie à l’intérieur.

Au commencement de l’empathie, il y a donc la perception, par le sujet empathe, de l’état émotionnel d’un autre individu puis l’identification de l’émotion perçue chez celui-ci. L’empathie repose donc sur une double compétence : d’une part, reconnaître à ses manifestations physiologiques extérieures la présence d’une émotion chez une autre personne, et d’autre part, la capacité à identifier la nature profonde de ce ressenti émotionnel.

Mains réunies formant un cœur

Qu’est-ce qu’un médium empathe ?

Le médium empathe a recourt à cette faculté innée de ressentir à l’intérieur de lui les émotions (dont la souffrance) qu’il utilise afin de venir en aide aux personnes qui le sollicitent. Par définition, il est capable de faire la distinction entre ses propres émotions et celles qu’il perçoit autour de lui, il accueille et recueille différents contenus psychiques chargés émotionnellement qu’il restitue ensuite à la personne venue le consulter. C’est en cela qu’il est un médium, c’est-à-dire un intermédiaire, un réceptacle.

Cette aptitude, qui repose sur un développement psychologique et neurologique mettant en jeu des fonctions cérébrales extrêmement courantes chez l’humain, peut être mobilisée intuitivement, ou, dans le cas des praticiens et de professionnels de la santé, être mise en pratique de manière intentionnelle.

Que ressent-il ?

Le médium empathe a accès à une gamme d’émotions et de sensations particulièrement large. En fonction de sa pratique et de l’exercice de son don, il peut ressentir l’état affectif d’autrui avec une précision variable. Doué d’une sensibilité hors norme, il doit concentrer ses efforts sur la distinction des nombreux flux énergétiques qui s’offrent à sa perception pour analyser ceux qu’il est pertinent d’interpréter.

Cette faculté lui permet de capter l'énergie des êtres humains, mais aussi celle des entités et des animaux, en somme toutes celles qui se trouvent autour de lui, puis d’entendre et de comprendre leur message et enfin de restituer celui-ci. C’est en cela que son don est liée à la clairaudience ou qu’il fait parfois de lui un médium clairvoyant.

Ce qu’est l’empathie, et ce qu’elle n’est pas

Pour mieux définir la nature de l’empathie et avoir une meilleure compréhension de la médiumnité empathique, il faut ici établir plusieurs distinctions et écarter des notions voisines.

Empathie versus sympathie

L’empathie n’est pas la sympathie : certes, les deux notions ont en commun l’émotion de l’autre, mais tandis que la sympathie consiste à s’unir, de façon compassionnelle, à l’émotion de l’autre, l’empathie consistera quant à elle à percevoir, reconnaître et comprendre l’état émotionnel d’autrui tout en maintenant une distance objective par rapport à celui-ci, cette distance n’étant pas de la froideur, mais la capacité à maintenir une distinction entre soi et l’autre.

Le médium empathe est ainsi capable de faire l’expérience de l’état émotionnel d’autrui : qui vient le consulter pourra constater que le voyant comprend et identifie clairement les émotions, parfois jusqu’à avoir objectivement une meilleure connaissance de la nature du ressenti que la personne elle-même.

En tant qu’intermédiaire, son empathie peut s’élargir à des esprits désincarnés ou des énergies non perceptibles par le commun des mortels : l’empathe va ici mettre à profit sa capacité d’accueil, son extrême sensibilité émotionnelle pour percevoir l’énergie, la voix ou l’aura d’un être et entendre puis restituer son message.

Être orienté vers l’autre ne signifie pas confondre les émotions d’autrui avec les siennes, mais au contraire mettre intentionnellement à profit une acuité émotionnelle singulière, accueillir l’émotion reconnue, faire l’expérience de cette émotion, pour comprendre l’autre et recevoir un message. Tel est le processus qui s’opère chez l’empathe.

Distinguer empathie et contagion émotionnelle

Vous avez déjà dû faire l’expérience d’un fou rire incontrôlable déclenché à la suite d’une situation ou d’une remarque et qui se propage comme un incendie et gagne toutes les personnes présentes, parfois sans même que celles-ci ne sachent pourquoi elles rient. Ce fou rire se répand comme s’il était contagieux.

Et bien cette expérience ne relève pas de l’empathie : il s’agit de contagion émotionnelle. Ce comportement mobiliserait différentes fonctions neurologiques réflexes, ainsi que des neurones miroirs qui s’activent aussi bien lorsque l’on accomplit une action que lorsque l’on voit une autre personne la réaliser. Ce sont eux qui interviennent au cours du bâillement : un individu bâille et la personne en face, qui pourtant ne ressent aucune fatigue, va bâiller à son tour.

La distinction avec l’empathie vient ici de la dimension réflexe de l’expérience : elle ne nécessite aucune intentionnalité, ni même aucune conscientisation. Tout est fait de manière programmatique.

L’exemple du fou rire illustre aussi ce qu’est la contagion émotionnelle : il n’y a pas d’identification consciente de l’émotion de l’autre, toute distance est abolie. La joie irrépressible qu’autrui ressent et extériorise devient de manière mimétique la joie de l’autre sans qu’il n’y ait de distance ni de conscience.

7 caractéristiques permettant d’identifier un empathe

Qu’il soit médium ou non, l’empathe est un être prédisposé à la perception émotionnelle ce qui n’est pas sans modeler sa personnalité. Voici 10 caractéristiques qui permettent de l’identifier et de savoir si vous avez cette prédisposition :

  1. L’hypersensibilité est une particularité fondamentale : l’acuité sensorielle et émotionnelle est une spécificité commune à tous les empathes qui ont travaillé leur faculté.
  2. Les capacités analytiques sont également plus importantes chez l’empathe que chez le quidam : habitués à percevoir une grande palette d’émotions, ils acquièrent petit à petit celle de les interpréter et de les distinguer finement. C’est une forme d’intelligence émotionnelle.
  3. Une prédisposition pour les disciplines artistiques ou tout du moins un goût pour l’art est aussi très fréquent : les œuvres musicales, picturales ou littéraires véhiculent des émotions riches et variées qu’il se plaît à ressentir.
  4. Attentifs et capables d’accueillir les confidences de nombreuses personnes, leur capacité d’écoute les distingue du reste de la population.
  5. Aider est une autre de leurs caractéristiques : ils se dirigent souvent vers des professions médicales où ils peuvent mettre à profit leur don à des fins thérapeutiques. C’est aussi pour cette raison qu’il a beaucoup d’empathes parmi les médiums.
  6. Leur expérience des émotions perçues chez autrui conduit à un développement des aptitudes cognitives grâce auxquelles ils sont capables d’inférer à partir d’une situation donnée les ressentis supposés des personnes qui y prennent part sans pouvoir avoir accès au contenu de leurs pensées, simplement en observant leurs réactions, leurs postures, leurs mimiques.
  7. Propre à la médiumnité empathique, cette caractéristique est liée à l’exacerbation de la sensibilité : les émotions captées ne se limitent pas à celle des humains mais s’étendent aussi à l’aura et aux énergies.

Et vous ? Pensez-vous être un médium empathe ?