Service Client
01.70.83.26.06
Du Lundi au Vendredi de 8h à 19h et le Samedi de 8h à 12h

L’homme qui enregistrait les esprits

  • Le 27/11/2020

Friedrich Jürgenson découvrit par accident que l’on pouvait enregistrer des esprits à l'aide d'un simple magnétophone.

Le point de départ

Les mediums ont un contact privilégié avec les esprits. Mais au XXème siècle un homme a décidé de franchir une étape supplémentaire, et de les enregistrer, ni plus ni moins ! 
Une manière de mettre la technologie moderne au service du paranormal. 
Voici l’histoire de ce chasseur de fantôme pas comme les autres…

Friedrich Jürgenson naît en Ukraine à Odessa en 1903. Il se destine tout d’abord à une carrière de chanteur d’opéra, et fait ses études au Conservatoire, mais une maladie l’oblige à changer de voie et il se tourne vers la peinture. Il s’installe en Suède. 

Rien ne le prédestine alors à ce qui va suivre. Tout part d’un événement anodin, mais qui va changer le cours de sa vie : il décide de partir dans la nature pour enregistrer des sons d’oiseaux avec un magnétophone. 

En réécoutant les bandes, il décide pour s’amuser de les passer à l’envers. Il croit alors entendre, avec étonnement, une voix : quelqu’un parlant, en norvégien, des oiseaux de nuit. Sa stupeur est grande car il n’a croisé personne ce jour-là. D’où vient cette voix ? Comment expliquer ce phénomène ? 
Il décide alors de retenter l’expérience, multiplie les enregistrements, et ne peut que constater qu’il entend d’autres voix. Il reconnaît en particulier l’une d’entre elles : il s’agit de sa mère. 

Enregistreur

Le Phénomène de voix électronique

Il communique alors sa découverte dans un livre et fait une conférence de presse, qui suscite l’intérêt de deux organismes prestigieux, l’université de Fribourg et l’Institut Max Planck, pas moins ! Ainsi que de parapsychologues.

L’un de ses collaborateurs, professeur de psychologie à l’université d’Uppsala, reprend alors le flambeau, en organisant des expériences à grande échelle : plus de 100 000 enregistrements seront effectués, dans une pièce isolée acoustiquement. Lui aussi pourra entendre et identifier des voix qui apparaissent sur les bandes sans explication. Ces paroles, souvent très brèves, mélangent parfois plusieurs langues.

Le Phénomène de Voix électronique (PVE) ou Trans-Communication instrumentale (TCI) venait de voir le jour.

Développements récents

On vit donc apparaître de nouveaux types de parapsychologues : les transcommunicateurs. En France, les plus connus sont Monique Simonet, Yves Linès, Manu Delpech. Une émission a été consacrée à ce dernier sur France Culture.

L’Université n’est pas en reste, preuve que le monde académique s’intéresse à ce phénomène. Ainsi l’Université Western Ontario a-t-elle réalisé une expérience, qui s’est étalée sur plus de 80 sessions pour une durée totale d’une soixantaine d’heures.

Les résultats, publiés en 2001, sont considérés comme non concluants, les réponses d’entités étant trop rares ou espacées dans le temps. Mais on peut se dire au contraire qu’une seule réponse, inexplicable rationnellement, suffit pour susciter le trouble…

Depuis, de nombreux films et séries ont été consacrés à ce sujet, et il fait à présent partie de la culture populaire. 
On opposait autrefois la science au paranormal, le rationnel à l’irrationnel. On voit ici, pour la première fois, la science au service du paranormal : la technologie peut-elle nous permettre d’en savoir plus sur cet autre monde ?

Conclusion

Vous le voyez : les esprits nous réservent bien des surprises ! Ils multiplient les modes de communication, et s’avèrent finalement bien bavards, là où on pourrait ne s’attendre qu’à du silence…

Une raison de plus pour faire appel à un medium pur, si vous souhaitez avoir un contact privilégié avec l’au-delà.
Les consultants travaillant au sein d’Hexagon Voyance sont à votre disposition : ils pourront répondre à toutes vos questions. 
 
Pour conclure, voici une vidéo qui vous montre à quoi ressemble de tels enregistrements… Trouverez-vous cela convaincant ? 


medium