Hexagon Voyance

Interpréter ses rêves pour mieux comprendre son avenir

Publié le Voyance

Les rêves ont lieu pendant le sommeil (surtout pendant la phase du sommeil paradoxal, où la puissance onirique atteint son paroxysme). Or, chaque nuit nous dormons, et, dans ce moment de grande vulnérabilité où notre corps immobile est exposé à tous les dangers, une activité secrète commence : rêver. Mais que signifient nos rêves ? Comment les interpréter alors qu’ils semblent le fruit d’un délire insensé ? Et surtout, que nous apprennent-ils sur notre avenir ?

L’interprétation des rêves

Pour interpréter le monde rêvé, il faut parvenir à séparer le signifié du signifiant. Les psychanalystes ont ainsi proposé des clés interprétatives pour décoder la symbolique des grands schémas de rêves.

Avant eux, des oniromanciens proposaient d’autres clés interprétatives. Selon eux, le rêve serait un oracle envoyé par une divinité pour s’adresser aux hommes et délivrer un commandement, révéler une portion du futur de la nation ou de l’existence d’un individu. On les sollicitait avant une période clé de la vie publique ou militaire, un conflit, une décision politique engageant la nation.

L’oniromancie a donc été, des milliers d’année durant, la seule possibilité de comprendre le rêve et de lui attribuer une fonction : celle de prédire le futur.

Le monde onirique vaut bien le monde réel

Si le cerveau n’avait pas trouvé une ruse pour nous empêcher de remuer (la production de « glycine », ce neurotransmetteur qui frappe nos muscles d’atonie), toutes les nuits nous nous lancerions dans des courses effrénées, de folles ascensions, des étreintes passionnées, des combats aveugles ou des fuites désespérées – en fonction de nos rêves. En lieu et place de cette vie intense, notre immobilité totale est analogue à la mort.

Pourtant, nous savons que ça n’est pas le cas. Bien au contraire. Chaque nuit nous rejoignons cet autre monde qu’est le rêve, qui pourrait tout à fait être simplement l’envers du nôtre. Car, après tout, qui nous garantit que nous sommes bien le rêveur et non l’objet du rêve, le « rêvé » ? L’écrivain Jorge Luis Borges illustre admirablement ce paradoxe dans « Les Ruines circulaires », une nouvelle issue de ses Fictions, où un homme en vient au fil des jours à douter à douter de sa propre réalité, s’imaginant être le rêve des nuits d’un être bien réel.

Cela pourrait passer pour la divagation d’un écrivain, mais ces distinctions qui semblent s’imposer dès l’adolescence ne vont pas de soi. Les philosophes ont longtemps tenté de théoriser les concepts qui permettraient de distinguer le rêve du réel. Comment pouvons-nous être sûr que l’un est plus vrai que l’autre et que nous ne sommes pas abusés par nos sens ?

Et pour le cerveau en effet, aucune différence avec la réalité : il se laisse abuser par ces stimuli et les interprète comme s’ils étaient réels. Pour lui, ils le sont bel et bien. Sans la glycine pour paralyser nos muscles, nous serions en mouvement. Et dans nos rêves nous nous mouvons, et agissons, exactement comme nous le faisons dans le monde réel.

Interpréter, c’est prédire

Pour les oniromancies cependant, le rêve n’est pas un monde équivalent au nôtre, mais le lieu où nous parviennent des messages à propos de l’avenir. Leur interprétation a fait force de loi.

Les différents types de rêves

Les différents types de rêves :

  • le rêve télépathique,
  • le rêve prémonitoire,
  • le rêve « médiumnique »
  • le rêve mystique/chamanique,
  • le rêve quantique.

Le rêve télépathique

C’est une forme de communication qui met en relation le rêveur (le percepteur) à une autre personne éveillé (l’émetteur), toutes deux communiquant par l’entremise de l’état de conscience modifié du rêveur, qui peut atteindre les pensées de l’émetteur, éveillé pendant le rêve.

L’interprétation permet de relier les pensées de l’un aux rêves de l’autre et de voir ensuite s’il y a un lien.

Le rêve prémonitoire

C’est la forme la plus connue du rêve, qui consiste en une prémonition se manifestant pendant le sommeil du sujet psi, généralement sous une forme allégorique, parfois sous la forme d’une vision explicite.

Le rêve « médiumnique » 

Ce type de rêve est la rencontre de la télépathie et de la prémonition. S’établit pendant le sommeil du rêveur un lien avec une entité supérieure, ange, esprit ou âme d’un défunt, qui délivre une vision du futur du rêveur ou de l’un de ses proches.

Le rêve chamanique

Ce type de rêve peut être atteint dans un état de conscience modifié tel que la transe chamanique. Il ouvre une porte vers un autre monde, celui des Esprits. Il demande une longue initiation et doit suivre des rituels précis.